Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Cécile Décard, Agence immobilière MANOSQUE 04100

L'actualité de CENTURY 21 Cécile Décard

Transition énergétique : quel impact pour l'immobilier ?

Publiée le 30/06/2015

 

transition energetique

transition energetique / Crédits : Thinkstock

 

Century 21 Le projet de loi sur la transition énergétique adopté en mai dernier par l'Assemblée nationale vous imposera des travaux de rénovation énergétique.
Votée 6 mois avant la grande conférence sur le climat qui se tiendra à Paris fin 2015, la loi sur la transition énergétique aura un impact considérable pour le logement (article 3C).

L'objectif des pouvoirs publics est de rénover 500.000 logements par an, de réduire la consommation d'énergie de 20% avant 2030, puis de 50 % vingt ans plus tard.

D'ici à 2025, la loi prévoit une rénovation énergétique obligatoire de tous les bâtiments privés résidentiels (en propriété ou en location) dont la consommation d'énergie primaire est supérieure à 330 kilowattheures par mètre carré et par an (étiquette F et G). Le parc concerné représenterait environ 1/3 des logements français.

Ravalement important, isolation, réfection de toiture... A partir de 2030, les bâtiments privés résidentiels devront faire l'objet d'une rénovation énergétique à l'occasion d'une mutation (achat/vente), selon leur niveau de performance énergétique, « sous réserve de la mise à disposition des outils financiers adéquats ».

Un décret en Conseil d'Etat précisera le calendrier progressif d'application de cette obligation d'ici à 2050 en fonction de la performance énergétique des biens.

Compte-tenu du coût considérable occasionné par ces travaux obligatoire, les personnes à « revenus modestes » devraient profiter d'un régime dérogatoire dont les modalités ne sont pas encore précisées.

De même, en cas d'impossibilité technique, juridique ou de disproportion manifeste entre les avantages et les inconvénients de nature technique, économique ou architecturale, la loi prévoit également un certain nombre d'exceptions.

 

Edité par Emmanuel Picard le26 juin 2015 à 12h49 
 

Notre actualité